Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 avril 2012 6 07 /04 /avril /2012 17:41

Zoom

Les condamnations pour insultes ou propos déplacés sur Facebook se multiplient. En 2010, uneprofesseur d’Allemand s’aperçoit qu’un de ses élèves a incité d’autres camarades de son cours à perturber le prochain cours. Sa mère « cautionne » en cliquant sur le bouton « J’aime » du réseau social et ajoute même un commentaire : « Vas-y mon fils, fais-la souffrir. Ne la pousse quand même pas au suicide lol ».


Le Figaro précise que la mère en question connaît bien le collège et ses professeurs, en tant que représentante des parents d’élèves. La professeure contacte alors sa direction, explique la situation. La direction estime que l’on ne peut pas être sûr que ce qui est annoncé par les élèves va être réellement réalisé, aucune action n’est prévue. Le cours se déroule selon les plans de l’élève : chahut, absence de matériel scolaire, stylos lancés, insultes qui fusent...


« Ça a été le pire cours de ma vie »


« Ça a été le pire cours de ma vie, mais je l'ai géré. À la fin de l'heure, j'ai rempli un bol complet de bouts de craie, de stylos, de punaises, que j'ai rapporté au directeur », raconte la professeure. Le directeur va finalement décider d’exclure trois semaines quatre élèves. Lors du conseil de discipline, la mère en question se montre agressive, la professeure décide alors de porter plainte. Après deux reports, le jugement est rendu le 13 mars dernier.


La professeure touchera 2 000 euros de dommages et intérêts. « C’était légitime que je gagne, mais je ne m’attendais pas à ce que la somme (demandée) soit doublée », raconte la professeure. Rappelons que l’Éducation nationale avait annoncé, en mai dernier, un partenariat avec Facebook pour fermer les comptes d’élèves coupables de harcèlement scolaire.

 

Source: http://www.tomsguide.fr/actualite/Facebook-Insultes-eleve,3226.html

Partager cet article

Repost 0
Published by actus - dans Internet
commenter cet article

commentaires